Présentation de l'association

L’Association Nationale de Recherche et d’Action Théâtrale (ANRAT), présidée depuis 2008 par Emmanuel Demarcy-Mota, a été fondée en 1983 avec la complicité des ministères de la Culture et de l’Éducation nationale (Robert Abirached et Jean-Claude Luc), afin de créer un espace de réflexion pour les artistes et enseignants, militants de la pratique du théâtre à l’école. L’Association est actuellement soutenue par ces deux ministères et rassemble des artistes et des enseignants engagés dans l’initiation et l’accompagnement des jeunes aux pratiques théâtrales au sein de l’École.

Depuis 1983, l’ANRAT a mené de nombreux combats pour que soient développés les enseignements optionnels de théâtre, pour la mise en place d’ateliers de pratique théâtrale à l’école, pour la pédagogie de projet au travers de partenariats entre des artistes et des enseignants, et enfin pour une plus grande prise en compte des écritures contemporaines dans l’enseignement et la pratique de l’art dramatique.

L’ANRAT a coordonné la rédaction de la Charte Nationale de l’École du spectateur (2009), manifeste signé par une vingtaine de directeurs de théâtre engagés pour l’éducation artistique, et auquel se réfèrent aujourd’hui de nombreux praticiens.

Elle initie des expériences d’éducation aux arts de la scène, comme Transvers’Arts, afin d’interpeller la puissance publique sur les enjeux du renouvellement des pratiques culturelles et pédagogiques et de montrer que l’éducation au théâtre peut s’intégrer dans la pratique courante de la classe et permettre une ouverture de l’école sur son territoire.

Lieu de ressources documentaires et méthodologiques, elle propose également à des publics mixtes des temps d'échange et de réflexion sur l'analyse de la représentation théâtrale, la pratique artistique en milieu scolaire et le montage de projets enseignants / artistes.

En 2013, elle a organisé un congrès international IDEA-Paris 2013, dont les actes sont parus en décembre 2015 (Lansman Éditeur).

En 2016, l'Assemblée Générale de l'ANRAT s'est déroulée samedi 9 avril au Théâtre Paris-Villette, qui a renouvelé en partie le Conseil d'Administration. Voici la liste des nouveaux-elles élu-e-s au Conseil d'Administation :

Collège Culture :
Anne-Frédérique Bourget : motivation
Fanny Carel : motivation
Dominique Mercier : motivation
Antonio Palermo : motivation
Dominique Paquet : motivation
François Rancillac : motivation

Collège Education :
Anne-Sophie Boulan : motivation
Jonathan Boutemy : motivation
Sibylle Lesourd : motivation
Katell Tison-Deimat : motivation

 

Anne-Frédérique Bourget
Le théâtre ne change pas le monde mais il le met en forme. En 2016 plus que jamais notre monde a besoin de (re)mise en forme(s). C’est avec confiance et nécessité que ma compagnie diffuse du théâtre contemporain pour tous ; dans le Nord-Pas-de-Calais, à Avignon, Madrid ou ailleurs dans des créations de texte d’auteurs vivants sur des plateaux vibrant de corps, de mots, de musique.
C’est aussi avec courage et bienveillance  que nous développons des actions d’éducation artistique et culturelle avec de nombreux partenaires enseignants  et associatifs à travers des  ateliers de  pratique, des stages, des créations partagées… tout terrain !
C’est donc avec  évidence  et plaisir que je propose le renouvellement de ma candidature au CA de l’Anrat car c’est ici que nous combattons la peur et imaginons avec modestie et ambition les outils d’un monde meilleur. Quand la pratique du théâtre dans sa diversité gagne du terrain, la société gagne en humanité.
Voilà  ce  que  je  crois et souhaite continuer à défendre avec vous.
Merci donc chères, chers, membres de l’ Anrat de ce que nous avons partagé, notamment au Festival d’Avignon avec notre spectacles Et les Poissons partirent combattre les hommes, mais aussi les événements en régions que nous continuons à développer et où j’ai représenté notre association avec bonheur, au bord du plateau. Je serais très heureuse de continuer à militer avec vous pour une éducation artistique ambitieuse, joyeuse et  curieuse. UP

Fanny Carel
Les voyages à travers la France au cours de mes tournées m’ont convaincue de la nécessité d’éclairer l’action artistique de la troupe par une relation pédagogique. Il s’est alors révélé que le temps de la représentation n’épuise  pas, tant s’en faut, toute la richesse et la complexité de la relation qu’instaure la rencontre théâtrale. Cette nécessité d’une interaction vivante avec les spectateurs s’est muée en désir, puis en vocation.
Cette nouvelle orientation de mon activité m’a conduite à compléter ma formation de comédienne par une compétence de médiateur culturel, sanctionnée par une Licence professionnelle d’encadrement d’ateliers de pratiques théâtrales à Paris 3.
Je pense qu’un artiste / intervenant doit être capable aussi bien de guider une interprétation exigeante et fine que de gérer un groupe d’enfants, de collégiens ou d’amateurs, toujours pour le plaisir de chacun.
Si je suis admise parmi les membres du CA, je compte promouvoir la formation, précisément, de ces intervenants qui pourront être des professeurs,  des comédiens,  des animateurs… Non moins passionnant serait l’autre  volet de mon activité, consistant à mettre au point, seule ou collectivement,   des instruments pédagogiques en lien actif avec les dramaturgies jeunesse.  Cette tâche est d’autant plus nécessaire que beaucoup des méthodes en cause sont tributaires de l’actualité éditoriale et demandent à suivre cette évolution. UP

Dominique Mercier
Membre sortant du CA, je porte avec conviction les valeurs de l’ANRAT dont je suis adhérente depuis 1986. Avec le partenariat comme élément  constitutif de son ADN, l’ANRAT a un rôle central à jouer dans la relation entre professionnels de l’art, de la culture et de l’éducation.
Je souhaite participer au développement de réseaux sur les plans pédagogiques et artistiques. Pour que nous fassions savoir encore  et encore  l’importance de la rencontre entre les artistes et les enfants. Pour que les actions de chacun sur le terrain donnent du sens à ce qu’on vit, voit, écoute… ensemble ! Pour découvrir, pratiquer, interroger le lien entre les œuvres, l’histoire, les artistes… ensemble !
J’ai récemment co-construit un atelier de « Pratique et questionnement sur le   binôme artiste-enseignant » pour la formation « Passeurs de théâtre » organisée à Toulouse par les ADDA de Midi-Pyrénées et l’ANRAT : c’est une  piste de formation plébiscitée par artistes et enseignants réunis que j’aimerais contribuer à développer.
Je  désire poursuivre la réflexion collective entamée au sujet de l’affiliation à l’ANRAT, pour ce qui concerne  les motivations et attentes au sein des écoles professionnelles et des conservatoires.
J’ai plus que jamais le goût de la coopération et de la créativité à donner en partage sans oublier celui de la résistance car « pour ne pas conclure » : « Qu’en est-il de l'accompagnement de tous les acteurs locaux, personnels de l'Éducation  et de la culture, et leurs nombreux partenaires qui maillent les territoires, pour rendre les parcours artistiques concrets et vivants ? » extrait   du communiqué de l’ANRAT du 18 décembre 2015. UP

Antonio Palermo
Ce  premier mandat au sein de  l’ANRAT a  été pour moi très intéressant. J’ai beaucoup appris et donné (en tant que militant et trésorier adjoint). Si aujourd’hui je souhaite renouveler ma candidature au Conseil d’Administration, c’est dans l’esprit de poursuivre mon engagement associatif pour la construction de nouveaux échanges entre l’Éducation et la Culture.
Dans le travail de tous les jours et avec les personnes que je rencontre, j’essaie de partager les valeurs de l’ANRAT, qui sont aussi les miennes.   (Je   me suis rapproché du théâtre quand j’étais étudiant à Milan, grâce à l’un des premiers dispositifs d’éducation artistique et culturelle.
Aujourd’hui, je ressens le besoin de transmettre - c’est peut-être une manière de “restituer” - ce que j’ai reçu). Il est important, pour moi, aujourd’hui, de continuer à “penser” et à “faire” dans le cadre associatif de l’ANRAT. UP

Dominique Paquet
Membre de l’ANRAT depuis 2002, j’ai été à Bordeaux relais de l’association  lors de la réunion de l’ANRAT en Aquitaine en 2003 et ensuite fait partie du conseil d’administration jusqu’en 2008. Depuis longtemps en tant qu’actrice ou autrice, j’ai participé à de nombreuses actions artistiques en milieu scolaire : rencontres en tant qu’autrice (deux de mes pièces ont  été recommandées  par l’Éducation nationale), résidences territoriales d’artiste au lycée professionnel Marie Laurencin (Xème arrondissement), ateliers d’écriture et développé des discussions philosophiques en milieu scolaire, de la maternelle au lycée. En tant que directrice d’un lieu, j’ai également impulsé de nombreuses actions en milieu scolaire en partenariat avec l’académie de Versailles.
Ayant de nouveau davantage de temps pour militer à l’ANRAT, je souhaiterais pouvoir être force de réflexion et de proposition et peut-être envisager des partenariats étroits entre les Écrivains associés du Théâtre et l’ANRAT, afin que le dialogue entre les artistes et les éducateurs puisse se poursuivre et s’enrichir mutuellement malgré un contexte difficile. UP

François Rancillac
Tant en ma qualité d’artiste que de directeur de structure, je n’ai cessé de m’engager pour l’éducation artistique et culturelle, et de souligner l'urgence toujours plus grande de l'inscrire concrètement tout au  long de la formation  des élèves en France. Sur le terrain, c’est le parcours du combattant pour mettre en place le moindre atelier de pratique artistique, faute de moyens évidemment, mais faute aussi de directives claires, de réelle prise de conscience à  la direction des rectorats et des établissements, faute au manque de formation des enseignants eux-mêmes, au manque d’implication des artistes aussi, sans parler des résistances des parents d’élèves...
Et pourtant, quand la rencontre a lieu entre artistes et professeurs, quand, malgré toutes les difficultés, de vrais projets de création ont pu naître au sein des établissements scolaires, dans la durée, impliquant  directement les jeunes  (de la maternelle au secondaire), ce sont de véritables aventures artistiques  et  humaines qui laissent des souvenirs pour la vie, autant pour les artistes que pour les élèves touchés. Alors l’art rejoint la culture, alors la création participe pleinement à l’épanouissement intellectuel, sensible et critique de nos jeunes futurs adultes citoyens.
Je souhaite poursuivre le travail commencé avec le conseil d’administration de l’ANRAT afin de participer à la réflexion sur l’avenir de ce couple aussi difficile qu’inséparable que forment l’art et l’école. UP

Anne-Sophie Boulan
Adolescente, j’ai été initiée au théâtre par à ma grand-mère qui partageait sa passion avec ses petits-enfants. J’ai grandi en spectatrice en allant voir les pièces   dont la presse et les critiques parlent. Aujourd’hui, je suis une spectatrice curieuse de nouveauté, qui a envie d’être bousculée, d’apprendre et de comprendre le monde grâce au texte, au jeu des corps et des voix, à l’exploitation du plateau.
Le spectacle vivant me procure la fantaisie, l’émotion, la joie, la réflexion, la vérité. Les rencontres et échanges avec différents artistes, auteurs, metteurs en scène et comédiens, me permettent d’approfondir ces effets, de les ancrer plus  encore  dans ma personnalité et ma perception de notre humanité.
Je désire aujourd’hui m’engager  plus avant au sein de l’ANRAT, grâce à laquelle j’ai beaucoup reçu.
En effet, je suis convaincue de l’intérêt de ses valeurs et missions qui favorisent  une véritable éducation populaire, qui créent les conditions de la rencontre avec   les arts de la scène en cumulant les 3 piliers essentiels que sont l’œuvre et ses artistes, son analyse et la pratique liée.
En devenant membre du CA, j’espère apporter mon expérience et mes compétences en terme de projets artistiques réalisés, en co-intervention avec des artistes, pour des élèves de l’école primaire. L’expérience de l’éducation artistique et culturelle est effectivement bénéfique dès le plus jeune âge car elle développe, entre autres, la sensibilité, le questionnement, l’interprétation, l’imagination, la découverte de  soi, le sens  du travail en commun, le plaisir de la représentation. Elle leur permet de grandir en maturité.
Dotée d’un sens relationnel aigu, j’aspire à participer au rayonnement de l’ANRAT  pour assurer la diffusion de ses projets et de ses thèmes d’étude et de recherche. J’ambitionne de contribuer à la réflexion sur une réelle mise en œuvre des parcours EAC depuis l’école primaire. UP

Jonathan Boutemy
Depuis mon stage « École du spectateur » de l’été 2015 en Avignon, les liens que j’ai tissés avec l’ANRAT n’ont fait que se renforcer. J’ai été d’emblée séduit par les valeurs que l’Association porte avec exigence : l’importance de la transmission et de l’expérimentation particulièrement. J’ai participé à de nombreuses formations et propose régulièrement mes expertises de spectateur pour la rédaction des fiches pédagogiques de Transvers’Arts. Mon adhésion à cet engagement en faveur de la culture  et à la pratique de l’art dramatique par tous me conduit naturellement à solliciter cette candidature au Conseil d’Administration de l’ANRAT.
Depuis cinq ans en poste fixe à Villejuif, je m’engage à faire fructifier ces partenariats au travers de sorties théâtrales proposées à des classes ouvertes à tous, de rencontres avec les équipes ou de résidences de comédiens dans l’établissement.
Par ailleurs,  je m’investis personnellement dans la transmission à  la culture au sein de l’Association  franco-italienne « Vivre l’Europe – Vivere l’Europa » pour laquelle   j’assure des ateliers théâtre en français dans des établissements scolaires de la Province de Milan.
Je souhaite ainsi mettre mon dynamisme, mon expérience des partenariats culturels  ainsi que mon travail quotidien avec un public très hétérogène de collégiens au service des actions et des réflexions de l’ANRAT. UP

Sibylle Lesourd
Je baigne depuis ma plus tendre enfance  dans les problématiques conjointes du théâtre et de l’éducation. Avec des parents instituteurs, animateurs bénévoles d’un atelier théâtre, j’ai été amenée à comprendre très tôt, et de façon intime, l’enjeu des pratiques dramatiques dans notre appréhension du monde. Plus tard, en tant qu’enseignante dans  le  secondaire, le théâtre s’est à nouveau imposé à moi comme une nécessité pour induire chez mes élèves un rapport vivant aux savoirs et une vraie conscience collective.   Les partenariats que je mène actuellement avec le théâtre Jean Vilar de Vitry et avec le Théâtre des Quartiers d’Ivry me convainquent chaque jour davantage de l’importance  des rencontres entre les artistes et les jeunes, qu’il s’agisse de stimuler leur créativité ou de développer leur conscience esthétique et politique. Enfin, la découverte du théâtre jeune public – aussi bien des spectacles que des écritures contemporaines – a donné un élan décisif à mon itinéraire de jeune chercheuse, me conduisant à faire de « l’enfant protagoniste » la figure fondamentale  de ma thèse de doctorat afin de mieux mettre en lumière la construction historique du théâtre pour l’enfance.
Pour toutes ces raisons, je me reconnais pleinement dans les valeurs et les combats de l’ANRAT et aspire aujourd’hui à rejoindre son Conseil d’Administration. Si je suis élue, je m’engage bien évidemment à participer aux réunions et à  offrir de mon temps pour représenter l’Association lors des manifestations qui requièrent sa présence. Par ailleurs, j’ai le vif désir de m’investir dans les travaux de recherche menés par l’ANRAT :  je souhaite notamment m’associer activement à un projet d’exploration du théâtre contemporain pour la jeunesse à l’échelle internationale. De plus, je me prêterai volontiers à des missions de formation (l’analyse des textes et des spectacles, ainsi que la connaissance approfondie de l’histoire du théâtre jeune public, constituant mon champ de compétences). UP

Katell Tison-Deimat
Notre association ANRAT s’affirme comme formidable espace de déploiement du Théâtre auprès et avec des enfants et des adolescents. Sous l’intitulé  Éducation  Artistique et Culturelle, de multiples et très diverses actions et recherches existent aujourd’hui - souvent dans leurs définitions nourries de l’action et de la réflexion de l’ANRAT depuis 3 décennies, nous y avons œuvré et continuerons de le faire.
Leurs polysémies interrogent les fondements auxquels je suis attachée :
La valeur essentielle du partenariat entre artistes et enseignants, quand les uns affirment plus que jamais leur désir d’engagement, mais peuvent se trouver empêchés de le réaliser ; quand les autres en leurs souhaits ne sont pas encouragés à s’autoriser ce travail de compagnonnage, cependant possible et porteur de tant de bénéfices concrets et symboliques ;
La singulière place du théâtre et de sa pratique dans des processus artistiques et éducatifs, non soluble dans « l’EAC» aux définitions transversales mais parfois floutées ;
La présence de Théâtre-Éducation au cœur de l’École - s’entend primaire, collège, lycée, université -, à réaffirmer comme primordiale dans un idéal démocratique, en articulation à d’autres sphères de l’EAC.

Ces trois dimensions entrent en résonance avec la problématique de l’éveil des consciences, qui secoue notre actualité, et peut, par l’ANRAT en particulier, s’envisager en sérénité, sans instrumentalisation  du théâtre, mais en inventive responsabilité.
Je me trouve, du côté de la formation, de la conduite d’actions, de l’attention aux questions administratives et financières et de la reconnaissance de l’identité de notre association, impliquée dans :
La dimension nationale de l’ANRAT, qui fait entendre sa puissance d’agir grâce aux actions des adhérents, sur tout le territoire ; qui parfois croise l’international.
La capacité de renouvellement, aux côtés de l’équipe permanente à laquelle je renouvelle ma confiance, et via d’inédits chemins de pensée, à inventer avec des personnes, structures, initiatives qui rencontrent notre philosophie de l’éducation par et pour l’art théâtral, de démarches d’avant-garde.
J’espère à nouveau pouvoir avec vous y contribuer. UP