Inscrire plus que jamais le spectacle vivant au cœur de l’éducation artistique et culturelle - 9 juin 2020.

Categorie: Actualités du réseau

La France traverse une longue et durable crise sanitaire qui a révélé les capacités de réaction collective et de solidarité de notre nation, mais aussi les terribles inégalités dans lesquelles se trouvent les enfants de notre République. Comme toute crise grave, celle-ci a accentué les faiblesses de notre École, malgré l’engagement consenti par nombre d'enseignants, d'élèves, de familles, de chefs d’établissement et de personnels territoriaux.

Ce contexte rend d'autant plus nécessaire une Éducation Artistique et Culturelle qui s’adresse à tous, comme une expérience fondatrice inscrite au cœur même de l’École, des programmes et des évaluations, comme une façon de se (re)construire et d’apprendre. Plus particulièrement, les réussites et les bienfaits de la présence du Théâtre dans l’éducation des jeunes, sont aujourd’hui unanimement reconnus. Ce travail partenarial est salué au-delà de nos frontières comme une remarquable exception propre à la France, porteuse depuis Vilar d’une conviction : comme le gaz et l’électricité, le théâtre est un service public, c’est-à-dire un bien commun, appartenant à tous, nécessaire et indispensable à notre vie, permettant de se découvrir soi-même, de rencontrer la force des œuvres et des auteurs, et d’apprendre dans le partage qu’il n’est d’espace commun que dans la rencontre avec les autres. Au fond, il s’agit d’apprendre à interroger le monde par la force poétique d’un art de la présence à soi et aux autres, que ce temps de crise paradoxalement rend encore plus urgent et désirable que jamais.
Certes nous n’ignorons pas l’importance du virtuel et du numérique dans la découverte et l’approche du Théâtre par les jeunes. Loin d’opposer théâtre en présence et théâtre enregistré, l’ANRAT a toujours considéré que la captation d’une création, comme source d’interrogation, d’exploration et de mémoire, est un substrat pour de nouvelles activités avec les élèves. Toutefois la puissance de l’expérience des arts du spectacle, et du théâtre en particulier, repose sur l’impératif d’une présence partagée et réelle. Nous ne devons pas renoncer à cette joie du partage « pour de vrai ». Nous ne devons pas renoncer à l’importance de la présence, même si nous devons aussi aménager et inventer des dispositifs pour des raisons sanitaires. Qu’y soit préservée la force du théâtre quand il fait événement.

Plus que jamais les élèves et les jeunes ont besoin d’éprouver les plaisirs que procurent les œuvres de création, ils ont besoin de donner du sens aux temps qu’ils traversent, ils ont besoin d’émotions partagées que l’isolement ou la distance pourraient empêcher. Plus que jamais, alors que certains se sont éloignés de l’École pendant de nombreuses semaines, ils ont besoin d’apprentissages stimulants qui concernent le corps, l’espace, la parole et la langue partagée. Aussi, forte de son expérience et des très nombreux soutiens qu’elle reçoit de grands professionnels du théâtre, de pédagogues et de chercheurs, l’ANRAT demande la mise en place d’un ambitieux et urgent plan d’Education Artistique et Culturelle où le théâtre en partenariat aura plus que jamais toute sa place.
Le bureau de l’ANRAT sous la présidence d’Emmanuel Demarcy-Mota