L'ardeur du printemps

Billet d'humeur de Nadine BOYALS
Categorie: Actualités du réseau

Mars 2018                                         

Après l’hiver, le printemps.
Le végétal se prépare.
L’ANRAT sort de séminaire.

C’est le moment où les idées bourgeonnent, les nouvelles orientations s’inventent.

Un nouveau projet pour l’ANRAT, pensé durant l’hiver, va sortir « prendre l’air ». Durant trois saisons annuelles. Il s’agit bien de poursuivre sans relâche l'inscription de l’action de l’ANRAT dans l’École d’aujourd’hui avec et pour des enfants d’aujourd’hui. Se projeter avec eux vers l’avenir en leur offrant le théâtre en partage.  

Un manifeste ANRAT va être écrit ; il sera notre porte-parole pour s’inscrire au dessus du temps des politiques, dans la temporalité de l’humain. Pour dire « au-dehors », notre ligne directrice, jamais altérée et qui n’a jamais faibli : transmettre une éducation par le théâtre et pour l’émancipation du jeune citoyen.

Par le théâtre, forger les conditions qui offrent aux  « jeunes esprits », espaces et expériences afin qu’adviennent pensée critique et prise de conscience. 

Par le théâtre, les accompagner pour qu’ils empruntent les chemins de traverse.

Par le théâtre, art du collectif, leur donner le goût de réfléchir et construire ensemble, avec l’Autre, les Autres. Fondamentale altérité !

« Je suis né au 21 siècle et je veux faire du théâtre à l’école » avons-nous écrit, nous adhérents de l’ANRAT. Oui, nous réaffirmons, dans ces temps incertains et fluctuants  notre ligne conductrice de pensée à laquelle nous ne renoncerons pas.

Renoncer serait démissionner.

Démissionner serait admettre que l’ANRAT n’a pas trouvé le chemin pour continuer dans l’économie actuelle de notre société et de l’École d’aujourd’hui, à mettre en acte sa pensée, sa  mission. Plus que jamais on ne peut que faire écho à Philippe Meirieu  « Transmettre est un impératif. Ne pas transmettre serait une démission ».

Lundi 5 mars 2018 : interview de  Monsieur Blanquer, Ministre de l’éducation nationale sur une radio nationale sur la place de l’oral à l’École. Au fil des mots soudain le mot THÉÂTRE est prononcé : « L’encouragement de certaines pratiques culturelles comme le théâtre dès la rentrée prochaine ».

Être debout, saisir les leviers, identifier les lignes d’accroche, repérer les terres fertiles qui s’ouvrent. Là, est le vrai défi pour l’ANRAT.

La verticalité qui permet d’arpenter son temps, avec ses enjeux, ses failles, ses fractures et ses espoirs. Être dans le mouvement de ces saisons qui s’écrivent.

« Assises, mes pensées s’endorment » écrivait Montaigne.
« Nous étions debout et nous ne le savions pas » écrit Catherine Zambon.
« L’enfant debout » a écrit l’OCCE (Office Central de la Coopération à l’École).

Le printemps est là !
Debout, tous ! Infatigablement.
Osons avec ardeur inventer les nouveaux chemins.
Les enfants nous attendent !

Nadine BOYALS, conseillère pédagogique 1er degré, vice-présidente de l’OCCE du Lot, membre du Conseil d'Administration de l'ANRAT