Assemblée Générale de l'ANRAT 2017

L'Assemblée Générale de l'ANRAT s'est tenue le 19 avril 2017 à la Maison des Pratiques Artistiques Amateurs / La Canopée.

Après l'approbation du compte rendu de l'Assemblée Générale de 2016, et le vote, d'une part, des rapport moral, d'activité et financier de l'année 2016 et, d'autre part, des rapports du commissaire aux comptes, approbation des comptes, affectation du résultat et quitus au trésorier, l'Assemblée Générale a élu les nouveaux membres du Conseil d'administration. Ont également été présenté les projets d'activité et de budget de l'année 2017.

L'ANRAT remercie très chaleureusement l'engagement des membres sortants du Conseil d'Administration :
Collège culture :
. Marie Halet
. Jean-Michel Gourden

Collège Education :
. Vincent Chabennat
. Céline Paringaux
. Philippe Guyard

Et félicitations pour les  nouveaux membres du Conseil d'Administration :

Collège culture :
François Deschamps, directeur des affaires culturelles de la Commune nouvelle d'Annecy
" De la marionnette (autrefois) à l’art du clown (aujourd’hui), j’ai toujours pensé que la pratique artistique devait accompagner la pratique du spectateur actif… que j’ai été comme animateur culturel puis directeur d’affaires culturelles dans différentes collectivités.
Elevé dans une famille d’enseignants, formé aux pratiques pédagogiques des CEMEA, je me suis investi plus tard dans le montage de dispositifs pluri-partenariaux et pérennes d’éducation artistique et culturelle en direction de collégiens, leur mise en œuvre et leur évaluation.
Je souhaite pouvoir militer au sein de l’ANRAT pour une meilleure connaissance des bonnes pratiques d’EAC en région, ainsi que pour une généralisation de l’éducation artistique et culturelle - qui ne se décrète pas, mais se conquiert pas à pas.
Au sein de l’ANRAT, je souhaite poursuivre cette réflexion et promouvoir des formations associant artistes, spectateurs, enseignants, cadres territoriaux engagés dans ce type de démarche.
Je souhaite notamment mieux faire connaitre les expériences engagées par des élus et cadres des collectivités territoriales qui s’engagent dans ce domaine.
Si j’aime le théâtre, je souhaiterais aussi pouvoir montrer l’apport pour les jeunes d’autres formes tels que la marionnette et le clown, c’est-à-dire une approche corporelle de la présence scénique avant même la naissance de la parole.
"

Armelle Stéphien, consultante en médiation culturelle et développement des publics
" Forte d’un parcours professionnel mené depuis plus de 20 ans dans le domaine de la Médiation culturelle et des Publics au sein de théâtres à Paris (La Colline, Chaillot, L’Odéon) et en région (La Comédie de Reims), j’aimerais apporter mon expertise et partager mon savoir-faire pour l’élaboration et le développement de projets d’éducation artistique et culturelle.
Je connais bien l’ANRAT pour avoir déjà été membre du Conseil d’administration, travaillé en partenariat avec certains artistes et enseignants (Transvers’Arts, IDEA…), et échangé avec eux sur les questions qui nous animent autour du « Théâtre à l’école ». Tout au long de ces années, j’ai été amenée à développer des projets pédagogiques phares à destination du public de l’enseignement, tels « Ecritures en cours » (initiation des lycéens aux écritures dramatiques contemporaines), « Chaillot en partage » (à destination d’élèves en situation de handicap psychique ou mental) ou encore « Génération(s) Odéon » (qui questionne des collégiens en REP sur l’identité européenne et la citoyenneté)…
Consciente de l’évolution des pratiques de médiation à l’ère du numérique, je reste convaincue de la nécessité du partenariat éducation / culture tel que l’entend l’ANRAT, de la consolidation des dispositifs existant pour lesquels l’association se bat, et du partage d’expériences entre les membres du réseau pour continuer à innover, déployer et faire rayonner ensemble les actions d’éducation artistique de la maternelle au lycée, sur tous les territoires."


Collège Education :
Laure Grandjean, professeur de Lettres / Théâtre
" Depuis neuf ans, la pratique du théâtre et la fréquentation des spectacles sont au cœur de mon enseignement et de ma vie personnelle. Pour moi, le théâtre est un art qui fait grandir, et qui évite de grandir de travers. Il permet de vivre mille autres vies que la sienne, de découvrir la magie du vide qui se remplit de fiction, d’accéder à des textes forts, d’oublier la peur du ridicule et d’affronter le regard des autres. Quels atouts précieux pour les adolescents de mon collège, qui sont souvent en manque de repères ! J’ai rencontré l’ANRAT au détour d’un de mes nombreux projets. J’ai eu la chance de suivre la formation « Ecole du spectateur » en Avignon en 2015, et j’en suis sortie grandie, moi aussi, forte de toutes les rencontres culturelles et humaines que j’y ai faites, la tête remplie de projets, désireuse de m’impliquer  dans cette association  qui porte des valeurs  importantes  pour moi. En devenant  membre  du CA, je souhaite apporter à l’ANRAT mon expertise dans la conception de projets, de partenariats, dans l’exercice du théâtre en classe, avec un artiste. Je souhaite développer la réflexion sur le théâtre et la citoyenneté (j’ai fait une intervention sur ce sujet en mars 2015 à la maison des auteurs de la SACD ; j’ai également assisté au forum ouvert « quelles responsabilités pour l’artiste dans la Cité aujourd’hui ? » à la Maison des Métallos), la place des écritures théâtrales contemporaines pour la jeunesse à l’école. Ayant de nombreuses « casquettes » dans les domaines du théâtre et de l’éducation,  aussi bien dans le domaine  éducatif  qu’artistique,  je peux intervenir  dans des formations,  aider à la conception  des  PEAC,  à  la  rédaction  de  dossiers  pédagogiques,  diffuser  les  actions  de  l’ANRAT  auprès  d’un  réseau étendu."

Marie-Laure Paris, éducatrice
" J'ai rencontré l'Anrat il y a quelques temps, lors de journées consacrées à la création contemporaine et aux questions de la citoyenneté par exemple, alors que je travaillais comme comédienne de théâtre, participant régulièrement à des spectacles professionnels en théâtre public. Je menais en parallèle des Etudes théâtrales, ainsi qu'un travail de journalisme culturel (blog, revue web spécialisée et web radio).
Actuellement j'occupe alternativement la fonction d'enseignante en cours particuliers (de l'élémentaire au
secondaire) en Français, Langues étrangères et Méthodologie. Très préoccupée par la question des apprentissages, je m'intéresse de près aux pédagogies alternatives dont je m'inspire dans mon travail et selon les moyens dont je dispose. Je considère que le Théâtre est l'une des activités qui peuvent apporter réellement quelque chose aux enfants en développement, pour connaître et comprendre le monde dans lequel ils vont évoluer. Rejoindre le CA de l'Anrat serait l'opportunité de contribuer à faire circuler les informations relatives à tous les acteurs de ce champ d'action."

Xavier Rabay, Conseiller Pédagogique Départemental (CPD) Arts et Culture du Tarn-et-Garonne (82)
" Je suis l’actualité de l’ANRAT depuis toujours et en suis devenu adhérent il y a deux ans. En devenir acteur est un doux rêve qui devient espoir. Donner et recevoir, dans une dynamique de rencontres, sont les deux motivations principales de ma candidature. J’ai en effet le désir de partager mon expérience et de vivre celle des autres.
Inscrire le théâtre dans des parcours d’éducation artistique et culturelle en conjuguant pratiques, rencontres et connaissances est un moteur professionnel mais aussi de vie ! Travaillant sur un territoire rural, j’aimerais pouvoir proposer davantage de dispositifs théâtraux, notamment des formations, en m’appuyant sur le réseau de l’ANRAT et en pensant pleinement que le théâtre est nécessaire à l’émancipation de tous.
Rejoindre le conseil d’administration de l’ANRAT et participer à cette aventure serait pour moi une fierté mais aussi une motivation nouvelle dans mon parcours théâtral. J’aimerais, par exemple, travailler sur le silence, prendre en compte pleinement qu’il est une catégorie du langage et non son contraire. Enfant, Infans signifie étymologiquement « qui ne parle pas »… Le langage est, par définition, une entrée dans la norme du logos. A l’école, dès la première rentrée, langage et socialisation sont des obsessions légitimes d’apprentissage mais n’apprend-t-on à parler qu’avec la voix haute ? Quelle place pour « l’apprendre par corps » ? A qui parlons-nous lorsque nous nous taisons ? Comment considérer le silence en pédagogie ? Comment un régime de perception, de sensation et d’interprétation (notamment de l’art) se constitue-t-il et se transforme-t-il avec le silence ? Quelle place du silence dans le théâtre ? Apprendre à lire, à écrire, c’est peut-être avant tout apprendre à se taire ?
Loin de moi ici l’idée d’enfermer les gens dans un mutisme sidérant mais le désir d’une prise en compte du silence, du vide, de la lenteur, contre le bruit, la surcharge spatiale et la vitesse…
"

Retrouvez tous les nouveaux membres du Conseil d'administration :
cliquer ici

Télécharger les documents suivants :
. rapport financier 2016 
. rapport moral et d'activité 2016
. annexes du rapport d'activité 2016
. Projet d'activité 2017